Abandonner son cabriolet pour dédier son métier à la transition énergétique ? Peu de gens seraient capables aujourd’hui de quitter ce confort, souvent synonyme dans notre société d’accomplissement personnel et de réussite professionnelle. Et pourtant, c’est ce que Julien Tchernia, co-fondateur et président de EkWateur n’a pas hésité à faire. Voici donc le portrait de cet homme engagé dans la sensibilisation de la consommation des énergies vertes.

logo de EkWateurEn introduction, je vous demanderai de vous présenter rapidement : quel est votre poste et quelles sont vos missions dans l’entreprise ?

portrait de Julien TcherniaJe m’appelle Julien Tchernia est je suis le co-fondateur et président de EkWateur. Je suis en charge du secteur commerce, marketing, vente, et représentation de l’entreprise. 

Depuis quand consommez-vous vert et par quel biais ?
En tant que fournisseur d’énergies renouvelables, nous consommons vert depuis la création de notre entreprise. D’une manière chronologique, c’est en février 2016, lorsque nous avons pris nos premiers locaux que nous avons immédiatement souscrit une offre verte. Puis c’est le 1er juin 2006 que vous avons obtenu notre licence qui nous a permis de devenir le fournisseur de notre compteur d’électricité.

D’autre part, la société EkWateur est soucieuse de la gestion de son empreinte carbone. La première chose qu’il m’est apparu comme évidente, c’est d’investir dans une imprimante à encre solide. Ce sont des cubes qui pallient l’utilisation des cartouches traditionnelles. Les déchets générés sont ainsi réduits de 90%, la consommation d’énergie réduite de 9% et le rejet de gaz à effet de serre de 10%. Nous utilisons également des papiers recyclés.

Nous misons également sur la sensibilisation des bonnes pratiques auprès de nos employés. Outre le fait qu’ils travaillent dans une société engagée dans la transition énergétique, nous pensons qu’ils ont réellement pris conscience de l’enjeu de la minimisation de notre impact sur l’éco-système. Ils n’hésitent plus à prendre des initiatives en mains, comme par exemple dans le cas de notre consommation en café, en eau, ou encore du recyclage de nos papiers usagers. Désormais, nous achetons du café en grain bio, le marc est récupéré par une société pour être recyclé. Quant à notre consommation en eau, avant, nous utilisions des bouteilles en plastique, qui, certes, étaient recyclées par la société « Yoyo », mais nous sommes aujourd’hui équipés d’une fontaine à eau. C’est un investissement qui a un coût, mais à long terme nous pouvons constater des économies, et surtout une diminution non-négligeable de notre empreinte carbone.

EkWateur répond à une idéologie bien précise : l’écologie punitive ne peut pas fonctionner efficacement. Si un employé n’est pas satisfait par une solution, il faut impérativement trouver celle qui saura combler la totalité d’entre eux.

Quelles sont les motivations qui vous ont poussées à passer à l’électricité verte ?
Avant de créer EkWateur, je travaillais dans une société de conseil en Italie, où j’étais le directeur du développement de la société. Mais en 2007, j’ai démissionné, et je me suis offert un Master en énergie, dans le but de fonder une société engagée dans la transition énergétique. Au début des années 2000, j’ai pris conscience de l’impact du changement climatique. Certes à l’époque ma situation professionnelle me réussissait, j’étais épanouis et gagnais bien ma vie. Et pourtant, lorsque j’ai traversé cette crise de sens, je me suis posé cette question « Qu-est-ce que ton succès professionnel t’apporte réellement ? ». Alors j’ai décidé de laisser tomber mon cabriolet, et de m’engager dans quelque chose qui compte vraiment pour moi, mes enfants, et la planète en général : lutter contre le réchauffement climatique en créant un fournisseur d’énergies renouvelables.

Sur quels critères vous êtes-vous basés pour choisir l’origine de votre électricité? Européenne ou française? Technologie utilisée? Label?
Nous gardons à l’esprit que EkWateur veut à tout prix éviter l’esprit de cette écologie dite «punitive», c’est-à-dire que nos solutions doivent convaincre aussi les clients non engagés dans l’écologie. Nous avons deux offres.

La première s’adresse à ceux qui ont pour critère premier le prix. Nous nous basons donc ici sur l’électricité verte la moins coûteuse, fabriquée dans ce cas précis en Europe. De cette manière, essayons de favoriser l’augmentation de la demande de consommation d’énergies renouvelables, ainsi que la garantie d’un prix le plus bas possible.

La seconde s’adresse aux clients déjà sensibilisés à la transition énergétique, et qui sont soucieux des critères qui constituent leur offre. Ici il s’agit d’un circuit court, où une quarantaine de producteurs français indépendants sont sélectionnés pour vendre leur électricité. Elle peut être d’origine hydraulique, éolien ou solaire. Nos clients ont donc le choix de choisir la centrale la plus proche de chez eux afin de valoriser l’essor de fournisseurs locaux (centrale de la marne, en Savoie, dans les Pyrénées etc.).

D’autre part, nous sommes les seuls en France à avoir la possibilité d’utiliser le label Eko energy. Cette ONG qui délivre ce label vérifie plusieurs critères, entre autres : mettre l’accent sur l’information aux consommateurs, encourager la durabilité des centrales électriques et leur respect de l’environnement, garantir qu’une partie du tarif écologique (c’est-à-dire le prix que vous payez pour que l’électricité soit d’origine renouvelable) soit réinvestie dans de nouveaux projets, grâce à notre Fonds pour le Climat, établir des critères stricts pour le suivi de l’électricité renouvelable, ou encore s’assurer que ces déclarations, ainsi que celles des fournisseurs, font l’objet d’un contrôle.

Effectivement, nos clients professionnels avaient la volonté d’aller encore plus loin dans leur démarche de consommation 100% verte. Leur objectif était de créer des offres spéciales pour les employés afin de leur faire consommer vert à domicile.

Des objectifs ou un futur défi à relever ?
Bien sûr ! Aujourd’hui nous souhaitons faire bouger les lignes. Selon nos calculs, 1,5% des français font le choix d’une offre de consommation électrique verte. En France, c’est 17% de l’électricité qui est produite à partir d’énergies renouvelables. Le problème qui se pose aujourd’hui, c’est que l’offre est supérieure à la demande. Notre objectif est que, au-delà des politiques publiques, les gens se rendent comptent par eux-mêmes de l’importance des enjeux et défis à relever concernant la transition énergétique. Nous pensons qu’il faut créer en général une dynamique de l’investissement. Notre but ultime serait de passer de 55 000 clients, au million pour enfin avoir la satisfaction de la création d’une communauté influente et capable d’agir durablement en faveur de l’environnement.